Ventilation

La qualité de l’air est souvent sous-estimée dans sa participation au bien-être dans le logement. Elle prend en compte l’oxygène que l’on respire et l’humidité constamment produite par nos corps et nos activités quotidiennes. Elle inclue également tous les polluants émis (ou COV) par les revêtements de murs, de sol, le mobilier du logement et notre utilisation du logement. Certains composés peuvent être nocifs.

Pour renouveler l’air d’un logement, celui-ci doit comporter un système de ventilation. Avant les années 80, le bâti possédait une ventilation dite « naturelle », par des entrées d’air hautes et basses ou simplement par infiltrations d’air par les défauts d’étanchéité de l’enveloppe. Si cette ventilation fonctionne à minima, elle n’est ni constante ni maîtrisée et dépend des conditions climatiques extérieures. Ainsi, ce renouvellement d’air peut être trop faible une grande partie du temps, ou beaucoup trop important par épisode. De plus, les logements étant progressivement rénovés, notamment par l’installation de fenêtres récentes étanches à l’air, le renouvellement d’air « naturel » tend à être de plus en plus insuffisant. La qualité de l’air est médiocre, et des problèmes d’humidité peuvent apparaître.

Pour qu’une ventilation soit réellement efficace, le flux d’air doit parcourir toutes les pièces du logement et maintenir un débit suffisant tout au long de la journée. C’est pour cela qu’il est recommandé d’installer une ventilation mécanique afin de garantir une bonne qualité d’air à tout moment. Les travaux de ventilation sont LE poste de travaux à ne pas oublier dans le cadre d’un projet de rénovation.

En plus d’un sytème de ventilation mécanique, on veillera à ce que celui-ci soit bien pourvu des bouches de ventilation adéquate. Il est également souvent nécessaire de détalonner les portes (de 1 à 2 cm) afin de laisser l’air circuler entre les pièces même portes fermées.

Différents types de ventilation mécanique existent sur le marché : la ventilation simple flux, double flux, répartie et par insufflation (ou positive). Elles nécessitent toutes l’installation d’entrées et d’extractions d’air dans le bâtiment. On placera notamment les bouches d’extraction dans les pièces les plus humides telles que la cuisine, la salle d’eau et les toilettes. C’est au niveau des entrées d’air que la divergence entre les systèmes se situe. Cliquez sur le système de votre choix pour en savoir plus.

Liens et documentation à consulter